Bien préparer ses fichiers d’impression

2017/08/02

Si vous ne préparez pas comme il se doit vos fichiers d’impression, vous risquez de faire des allers-retours chez le prestataire pour des modifications et des rectifications. S’il ne vous appelle pas, il est fort probable que vous n’ayez pas un résultat comme vous l’avez espéré et dans le plus pire des cas, vos flyers seront totalement déformés. Pour éviter tous ces désagréments, il faudra penser à bien préparer les fichiers avant de les envoyer chez l’imprimeur, même s’il affiche une offre de possibilité de modification dans son packaging.

 

Travailler sur la bonne résolution

Si dans certains cas, vous avez un résultat légèrement flouté, ce n’est pas toujours de la faute de l’imprimeur. Il est fort probable que vous ne lui avez pas envoyé un fichier dans une résolution décente. Pour définir ce facteur important à l’impression, il faut tenir en compte la distance à partir de laquelle le support imprimé sera visualisé. Si c’est pour un flyer, il est conseillé de travailler sur une résolution de 300 pixels par pouce. Dans le cas d’une grande affiche, il faut opter pour une résolution de 76 pixels par pouce.

 

Respecter les couleurs avec le format de codage CMJN

Lorsqu’on travaille sur un fichier et lorsqu’on lance l’impression à la maison, vous allez directement avoir un codage RVB, qui est le format de codage par défaut. Si vous voulez avoir un meilleur résultat à l’impression, optez pour le codage CMJN. Si vous travaillez sur Photoshop, vous allez directement voir la différence entre les deux formats de codage à l’œil nu avant l’impression. Dès que vous commencez à travailler sur le fichier, choisissez ce format de codage, car si vous le faites à la fin du travail, vous pouvez avoir quelques changements et quelques variations de couleurs.

 

Travailler sur des images vectorielles

Une image vectorielle est composée de plusieurs formes géométriques et une image basique, tout fait, est constituée par des pixels. Si vous agrandissez une simple image, vous risquez de perdre la netteté, ce qui n’est pas le cas avec l‘image vectorielle. Pour vous assurer de la netteté de l’image que vous allez envoyer à l’imprimeur, zoomez au plus grand l’image et si vous voyez des flous sur les bords, c’est que vous allez aussi les avoir si vous faites une impression grand format. Pour avoir une image vectorielle, il faut travailler sur plusieurs calques et les sélectionner un à un pour pouvoir les convertir en objet dynamique. La conception de votre affiche ou de votre flyer peut vous prendre quelques heures, mais vous aurez la garantie d’avoir un bon résultat.

Pas de commentaire

Les commentaires sont fermés.