Découverte du Triangle culturel au Sri Lanka

2018/07/03

Au nord de Kandy, les collines vertes emmêlées des hauts plateaux du centre dégringolent dans les plaines de la zone sèche. Une région chaude et dénudée couverte de broussailles et de jungles épineuses. Mais aussi ponctuée d’affleurement montagneux isolés qui dominent dramatiquement les plaines environnantes. En dépit de l’environnement peu prometteur, ces plaines du nord, traditionnellement appelées Rajarata, ou « la terre du roi », bien plus connu sous le nom de Triangle culturel, ont servi de creuset de la civilisation cinghalaise.

Entre outre, au cœur du Triangle, se situe la grande ville en ruines d’Anuradhapura, capitale de l’île et l’une des grandes métropoles d’Asie médiévale, parsemée de vaste monastères, de palais élaborés, d’énormes chars et dagobas, excellé dans l’échelle dans le monde antique seulement par les pyramides égyptiennes. Puis, les vestiges de Polonnaruwa, la deuxième capitale de l’île, sont plus compacts mais tout aussi absorbants, alors que peu de visiteurs manquent l’occasion de gravir la spectaculaire citadelle rocheuse de Sigiriya, pouvant être le spectacle le plus extraordinaire lors du séjour au Sri Lanka.

Parmi les autres attractions majeures, à savoir les merveilleux temples rupestres de Dambulla, et le centre religieux de Mihintale. Outre ces attractions, le Triangle culturel est recouvert d’autres monuments anciens intrigants, mais relativement peu visités. Comme les villes abandonnées de Yapahuwa et de Panduwas Nuwara, les grandes statues de Bouddha d’Aukana et Sasseruwa, les temples absorbants d’Aluvihara et de Ridi Vihara, les monastères forestiers obsédants d’Arankele et de Ritigala. Les attractions naturelles ne manquent pas non plus dans les parcs nationaux de Minneriya, Kaudulla et Wasgomuwa.

Ce qu’il faut savoir sur la gastronomie traditionnelle Sri Lankaise

Le Sri Lanka, cette île dans l’océan Indien est une vraie jouissance culinaire. Grâce à des années de colonisation et de commerce, de nombreuses cultures ont ainsi influencé sa cuisine. Créant une fusion épicée de saveurs néerlandaises, portugaises, anglaises, indiennes et indigènes pour émoustiller les papilles gustatives. En effet, les contacts avec les commerçants étrangers qui ont apporté de nouveaux produits alimentaires, les influences culturelles des pays voisins, et les traditions locales des groupes ethniques de cette terre ont contribué à façonner dans les saveurs de sa gastronomie.

Les influences des cuisines indiennes, particulièrement sud-indiennes, indonésiennes et hollandaises sont les plus évidentes de la cuisine sri lankaise partageant des liens étroits avec d’autres cuisines du sud et sud-est asiatiques voisines. À savoir, que certains des aliments de base sri lankaise sont le riz, la noix de coco et les épices. Cependant, voyager au Sri Lanka sera l’occasion de découvrir des spécialités de toute sorte.

Il y a le Sambol, appelé également « Pol Sambol », c’est une spécialité préparée avec de la noix de coco râpée. Il est agrémentée d’oignons finement hachés, de citron et surtout de piments rouges. Ce plat se mange à tous les repas. Ensuite, le mets très économique et nourrissant Lamprai est un riz épicé. Il est servi avec des légumes et de la viande, cuit dans une feuille de bananier. En dessert, rien de mieux que de prendre le Wattalapan, une sorte de flan caramel délicieuse et crémeuse. Épicée à la cardamome et sucrée avec du Jaggery. Parsemée au-dessus avec des noix de cajou. Excellente pour terminer un repas !

Pas de commentaire

Les commentaires sont fermés.