Quels sont les principaux objectifs de la résistance iranienne ?

2018/09/26

اجلاس میاندوره‌یی شورای ملی مقاومت ایران

Le CNRI, le conseil national de la résistance iranienne, est un mouvement d’opposition prévu par une partie de la population iranienne et est dirigé contre le régime politique de l’État islamique en vigueur. Il est principalement fondé par un homme politique nommé Massoud Radjavi, et commençait à s’établir partir du 20 juillet 1981. Le CNRI prévoit de multiples objectifs liés à l’instauration d’un État démocratique ainsi qu’à l’effectivité des droits de l’homme et du citoyen. Afin de développer tout cela dans les détails, il convient alors de se conformer au document suivant.

CNRI : une organisation menée par un leader féministe

Le conseil national de la resistance iranienne est aussi connu comme étant une pratique de l’opposition iranienne prévue contre les dirigeants du pouvoir islamique nommés les Mollahs. Il est assiégé à Paris en France et constitue une représentation importante de la partie à l’étranger. Originairement, son fondateur Massoud Radjavi présidait le mouvement jusqu’au début des années 90 avant de le passer entre les mains de sa conjointe Maryam Radjavi. En effet, c’est précisément en 1993 que cette femme a pris le contrôle de la résistance iranienne pendant une période de transition. Le CNRI prône des principes bien définis qui s’apparentent à la démocratie et à la liberté des peuples.

Toutefois, il s’agit d’une organisation qui est classée dans la liste des mouvements terroristes des États-Unis depuis l’année 1997 jusqu’en 2012. À partir du moment où Maryam Radjavi accède au pouvoir, elle distribue des postes clés à beaucoup de femmes et celles-là vont constituer 52% du nombre total des membres du conseil. Ce système a été prévu pour promouvoir la participation des femmes aux affaires politiques. En outre, il est aussi bon à savoir que les partisans de cette opposition comptent déjà près de 550 personnes ayant des origines ethniques différentes : Juifs, Baloutches, zoroastriens, Kurdes, Arméniens, etc.

Quelles sont les directives établies par un tel programme ?

Tout d’abord, le programme de résistance iranienne a pour principal objectif d’instaurer un gouvernement démocratique. Dans cette idée, il lutte pour la séparation de l’État et de la religion pour garantir les droits individuels de l’homme en tant que citoyen, mais aussi du point de vue humain. Par conséquent, le mouvement travaille pour la dissolution des institutions gouvernementales qui utilisent des armes nucléaires dangereuses contre le peuple iranien.

En dernière perspective, durant cette présidence de Maryam Radjavi, l’organisation se distingue également par une lutte accentuée contre la discrimination raciale, ethnique et surtout sexuelle. Par conséquent, le but est notamment de parvenir à égaliser les droits de l’homme et ceux de la femme. Parmi les exemples concrets, il y a alors : la liberté d’expression, la liberté d’opinion, la liberté de presse, l’appartenance à une entité politique ou religieuse sans équivoque, etc.

Pas de commentaire

Les commentaires sont fermés.